En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs. Pour en savoir plus cliquez ici
Lorsque vous naviguez sur notre site internet, des informations sont susceptibles d'être enregistrées, ou lues, sur votre navigateur, sous réserve de votre refus. Pour fonctionner différents services doivent déposer ces cookies : Google Analytics afin d'analyser votre navigation et nous permettre de mesurer l'audience de notre site, Twitter et Linkedin pour que vous puissiez adhérer facilement à nos pages sur ces réseaux sociaux. Acceptez-vous le dépôt et la lecture de ces cookies?
J'accepte | Je refuse

23 Juillet 2020 – « Privacy Shield invalidé. Aurons-nous le courage de faire respecter les données personnelles des citoyens européens ? »

Maître Olivier Iteanu, Avocat spécialisé en droit du numérique, répond aux questions de José Diz du site d’information « Place de l’IT » à propos de l’invalidation du Privacy Shield prononcée par la Cour de Justice de l’Union européenne le 23 Juillet 2020.

Pour rappel, le Privacy Shield aussi nommé « Bouclier de protection des données » est un accord négocié entre les États-Unis et l’Union européenne concernant un niveau de protection «adéquat» des données à caractère personnel, qui sont transférées par une entité européenne vers des entreprises établies aux États-Unis.

Dès 1995, la Commission européenne a adopté la directive 95/46/CE posant le cadre légal du traitement des données à caractère personnel et de leur libre circulation dans la communauté européenne. Puis, le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) ou General Data Protection Regulation (GDPR), entré en vigueur le 25 mai 2018, l’a suivi. Ce deuxième texte, d’application directe dans les pays communautaires de l’UE, interdit d’exporter ces données à caractère personnel hors des communautés européennes.

Il s’est alors posé la question du transfert des données vers les Etats-Unis, question particulièrement pertinente dans l’optique de la domination des géants informatiques américains GAFAM (Google Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) sur le terrain de l’UE.

La première décision de la Commission européenne, Safe Harbor (Sphère de sécurité), adoptée en 2000, autorisant le transfert de données à caractère personnel de l’Europe vers les États-Unis, a été annulée par la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) le 6 octobre 2015.

Le 12 juillet 2016, la Commission européenne adopte alors le Privacy Shield [bouclier de protection des données à caractère personnel]. C’est sur le Privacy Shield que la CJUE vient de trancher le 23 Juillet 2020 en décidant que cet accord n’assure aucun recours aux résidents européens qui souhaitent accéder à leurs données personnelles, les modifier, les effacer ou demander leur suppression. Il s’agit notamment de l’article 1 qui est jugé inadéquat par rapport à l’article 45 du RGPD (Transferts fondés sur une décision d’adéquation), compte tenu de l’ingérence des autorités publiques américaines, ce qui porte atteinte aux articles 7 (Respect de la vie privée et familiale) et 8 (Protection des données à caractère personnel) de la Charte des droits fondamentaux de l’Union, ainsi qu’à l’article 52 (Portée des droits garantis) et 47 (Droit à un recours effectif et à accéder à un tribunal impartial) de ladite Charte.

La CJUE juge enfin que les clauses contractuelles types présentent le niveau de protection suffisant, tant qu’elles constituent une reprise fidèle des dispositions du RGPD.

****
L’entretien est à retrouver en intégralité ici.

Publié par le 24/07/2020 dans News

A voir aussi

23 Juillet 2020 – « Privacy Shield invalidé. Aurons-nous le courage de faire respecter les données personnelles des citoyens européens ? »

Maître Olivier Iteanu, Avocat spécialisé en droit du numérique, répond aux questions de José...

(4 Mai 2020) Audience en visioconférence, le Tribunal de commerce de Paris montre la voie

Ce 30 Avril 2020, en plein confinement et crise sanitaire et alors que les...

Olivier Iteanu rejoint l’Agora 41 de l’ANSSI

Olivier Iteanu a été nommé comme membre de l’Agora41, ce groupe de réflexion multidisciplinaire...

Olivier ITEANU interview mort numérique

La mort numérique dans la Loi et… sur BFM Business

La mort numérique est désormais dans la Loi. La Loi n°2016-1321 pour une République...

Olivier Iteanu rejoint l’Agora 41 de l’ANSSI

Olivier Iteanu a été nommé comme membre de l’Agora41, ce groupe de réflexion multidisciplinaire...

Le RGPD en pratique

La mise en oeuvre en pratique de la démarche de mise en conformité au...

Iteanu Avocats forme au RGPD dans toute la France

  Iteanu Avocats organise sur mesure, toute séance de formation en droit pour votre...

Pour la CEDH, le choc des photos ne vaut pas le poids des mots

Dans un arrêt 4683/11 de 2016, la Cour Européenne des Droits de l’Hommes (CEDH)...

Réforme droit des contrats et cloud

La réforme du droit des contrats entrée en application le 1er octobre 2016, pour...

Facebook a du cœur

La CNIL a mis en demeure les Sociétés Facebook Inc. et Ireland, de se...

Faut il croire au Freedom Act ?

Le 2 Juin 2015, le 114ème Congrès des Etats-Unis d’Amérique votait la Loi intitulée...

Le vol est un délit informatique ?

Le 20 Mai dernier, la Cour de cassation a rendu son verdict dans l’affaire...

s’inscrire à la newsletter

Ne ratez rien de l’actualité juridique sur les nouvelles technologies




newsletter

Iteanu Avocats

164 rue du Faubourg Saint Honoré
75008 PARIS


Tél : 01 42 56 90 00