By continuing your visit on this website, you accept usage of cookies or other tracers. To know more click here
When you navigate on our Website, subject to your possible refusal, some information may be stored or read through your browser. In order to function properly certain services need to store those cookies: Google Analytics in order to analyze your browsing behavior and allow us to measure the traffic on our Website, Twitter and Linkedin so that you may easily subscribe to our pages on these social networks. Do you accept the storage and reading of such cookies?
I accept | I refuse

(20 Juillet 2020) Sur Les Echos, “l’anonymat sur les réseaux numériques” avec Olivier Iteanu

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Quand le débat sur l’anonymat et internet resurgit à intervalles réguliers en fonction de l’actualité, la question de l’anonymat et du droit n’est pas loin.

Interrogé sur le site web du quotidien Les Echos, Olivier Iteanu rappelle que l’anonymat est aussi une institution au sein de notre société : les alcooliques anonymes, la légion étrangère, une sorte de “droit à l’oubli” sont, entre autres, des applications reconnues et admises par la société fondées sur l’anonymat.

Sur les réseaux numériques, La Loi pour la confiance dans l’économie numérique du 21 Juin 2004, dite LCEN, et son article 6, ont consacré un droit à l’anonymat pour les sites et pages personnels, les blogs, contraignant néanmoins les éditeurs de ces services à publier les coordonnées de leur hébergeur.

Il s’ajoute que sur les réseaux numériques, l’anonymat n’existe pas, les traces laissées à l’insu des visiteurs étant autant d’indices qui permettent de remonter jusqu’à l’auteur d’un contenu, dans une sorte de partie de “gendarmes et de voleurs“.

Il reste que les grands médias et réseaux sociaux, Facebook, YouTube et Twitter, tenus par de grandes sociétés, ont bien l’obligation aux termes de la LCEN de conserver ces traces pendant un an, et surtout de les fournir à la justice lorsqu’elle les demande.

Reste que ces grandes sociétés montrent peu d’enclin à coopérer avec les systèmes policiers et judiciaires européens.

Le problème n’est donc pas l’anonymat mas la coopération insuffisante de certains grands médias ou réseaux sociaux.

Lire ce article, ici.

Subscribe to the Newsletter

Get the latest updates on high-tech legal news




    newsletter

    Iteanu Avocats

    164 rue du Faubourg Saint Honoré
    75008 PARIS


    Tél : 01 42 56 90 00